Article paru dans le bulletin de liaison de l'association en 2006

LES TROIS BATEAUX

Beaucoup de Bougiotes ont vécu ces journées de novembre 1942 qui virent le débarquement des Alliées de l'opération Torch*, et les bombardements que les forces de l'Axe déclenchèrent sur notre ville, le port et l'armada qui se trouvait dans le golfe. Ces trois bateaux furent les premières cibles de ces bombardements. Nous avons essayé au mieux de retrouver leurs traces, savoir d'où ils venaient et ce qu'ils devinrent après la guerre 1939-1945.
Ces trois paquebots furent bombardés par l'aviation italienne. Deux d'entre eux durent être sabordés dans l'arrière-port de Bougie.
D'où venaient-ils et que sont-ils devenus après-guerre ?

 

Le FLORIDA
Nous n'avons pas retrouvé l'origine de son nom. Un paquebot américain, antérieur à celui-ci, portait déjà ce nom (fin du 19°" début du 20°" siècle).
Construit en 1926 par les Ateliers et Chantiers de la Loire à Saint-Nazaire en même temps qu'un autre bâtiment du même type l'IRPINIA.
Affecté aux lignes de l'Amérique du Sud avec comme destination finale Rio Plata en Argentine.
Ses caractéristiques : longueur : 159,6 m - largeur : 20,5 m - Poids : 9536 t - vitesse environ 17 n.
Victime des bombardements du 10 novembre 1942 dans le Port de Bougie. Il dut être sabordé pour éteindre l'incendie déclenché par l'explosion des bombes qui le touchèrent, incendie que l'on n'arrivait pas à maîtriser.
Il fut renfloué en même temps que son voisin le Koutoubia auquel il servit d'assise lors du redressement de ce dernier (voir reportage). Entré en réparation, il fut réduit à une cheminée.
En 1951 il fut transféré aux Chargeurs Réunis et servi également comme transport de troupes vers l'Indochine.
En 1955 vendu à une compagnie italienne : la Grimaldi Siasa Line, il fut rebaptisé ASCANIA. I! était affecté aux lignes de l'Amérique Centrale et vers les Indes.
En 1966 il fut utilisé comme navire de croisière.
En 1968, en fin de carrière, il fut démantelé aux chantiers de La Spézia en Italie.

L'ALSINA
Paquebot construit en 1921 pour la SGTM. Il était affecté à la ligne de l'Amérique du Sud Bordeaux - Casablanca - Dakar - Argentine. Il porte probablement le nom d'un général Argentin. Peu de renseignements trouvés sur ce navire de 8403 tonnes.
Il fut entièrement brûlé lors des bombardements du 12 novembre 1942 par les forces de l'Axe dans le Port de Bougie (Algérie).
Son commandant aurait refusé de le saborder. Il s'enfonça droit dans la vase du bassin.
Renfloué sans trop de difficultés du fait qu'il ne put être sabordé comme le Florida et le Koutoubia. Irréparable, suite aux dégâts occasionnés par le feu, il fut ancré dans l'avant-port où il y demeura quelques années avant de partir en remorque vers l'Italie où il fut dém antelé (voir photos du reportage).

 Le KOUTOUBIA
Le nom de la célèbre mosquée de Marrakech lui fut donné lors de son lancement et son affectation sur la ligne Maroc - Sénégal.
1930 - Construit par les Forges & Chantiers de la Méditerranée à La Seyne sur Mer pour la Compagnie Paquet.
1930 - 20 décembre - Lancement. Baptisé KOUTOUBIA.
1931 - 16 août - Voyage inaugural sur la ligne Maroc - Sénégal.
1936 - 29 septembre - Au large de Gibraltar, il rencontre le torpilleur républicain espagnol Almirante Ferrandiz (1536 tonnes) aux prises avec le croiseur nationaliste de Almiranlte Cervera (7475 tonnes). Touché, l'Almirante Ferrandiz saute et coule. Le Koutoubia sauvera une partie des rescapés et les ramènera à Marseille.
1937 - 21 septembre - il est bombardé sans résultat par un avion inconnu au large des côtes ibériques, par 38° 19' Nord et 01° 38’ Est, L'avion lance deux bombes qui tombent à 1000 mètres du paquebot sans dommage pour lui.
1939 - 24 janvier - le DJEBEL AURES de la Compagnie de Navigation Mixte qui manœuvre à Marseille, aborde sans grand dommage le Koutoubia.

1939 - 4 novembre - Appareille de Toulon où il a été transformé en croiseur auxiliaire X04. -
1939 - 7 novembre - le X04 arrive à Casablanca où il est affecté à Marine Maroc (Amiral Olléne).
1939 - 14 novembre - Arraisonne et capture le navire allemand Trifels.
1939 - Décembre - Participe aux recherches du ravitailleur Halwarh.
1940 - 21 avril - Sort de grand carénage.
1940 - 28 avril - Arrive de Brest, via Alger, où il va participer à la Campagne de Norvège comme croiseur auxiliaire.
1940 - 8 mai - Embarque une partie de la 2e Division légère pour la Norvège.
1940 - 18 mai - Arrive à Brest en provenance de La Clyde. La campagne de Norvège est terminée.
1941 - Participe au retour des troupes françaises de Syrie.
1941 - Mis en réserve à Bougie, faute de mazout.
1942 - 13 novembre - Bombardé dans le port de Bougie reçoit une bombe et un début d'incendie se déclarant, il se saborde pour l'éteindre et chavirera dans l’arrière- port.
1944 - 18 janvier - Renfloué après 9 mois de travaux (voir reportage).
1945 - Janvier - Rendu à peu près navigable avec 4 chaudières retapées sur six, le paquebot est ramené à Marseille par le Commandant Paumier et un équipage réduit.
1946 - 22 août - Présentation à Marseille du navire qui vient d'être remis a neuf par la Société Provençale de Constructions Navales.
1946 - 23 août - Voyage inaugural d'après guerre sur la ligne Marseille, Tanger, Casablanca.
1950 - 14 novembre - Entre aux Forges & Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer pour une nouvelle refonte plus complète. Remplacement des deux cheminées tubulaires par une cheminée unique de type "Strombos-Valensi".
1951 - 21 mai - Reprend la ligne de Dakar.
1960 - Décembre - Transféré à la Compagnie Française de
Navigation. Remis en état. Rebaptisé Phocée.
1961 - Mars - inaugure la nouvelle ligne d'Israël : Marseille, Naples, Limassol, Haïfa, avec retour à Marseille par Le Pirée et Gènes.
1967 - janvier - Vendu à la démolition à des chantiers espagnols de Tarragone après 33 années de service.
Principales caractéristiques : longueur : 136,9 m. - largeur : 17,9 m.- déplacement : 8799 t. - vitesse : 17 n.- passagers : 533 -Type de bâtiment construit à trois exemplaires avec le Djenné et le Mal Lyautey.

Rapporté par Roland PETRE
* en réalité pour Bougie se fut l'opération Perpetual détachée de l'opération Torch.

Retour vers >> SOMMAIRE